Mon emploi du temps n'est pas idéal, 3 étapes pour bien l'organiser

Par Dominica Martin

« Ah ben dis-donc, ils se sont lâchés sur ton emploi du temps ! » s'exclame un collègue lorsque nous comparons nos deux grilles pour trouver un créneau commun.

J'ai eu en effet un fort sentiment de déception lorsque j'en ai pris connaissance. Aucune ou presque des demandes que j'ai formulées l'année dernière n'a été entendue : changements fréquents de salle, pas toujours de vidéo-projecteur, une seule demi-journée complètement libre, et souvent cours en deuxième partie d'après-midi ; les heures du vendredi me paraissent d'avance particulièrement pénibles. Corrélativement, j'ai beaucoup de trous. Enfin, qui vient ajouter à mon désarroi, une heure d'AP en terminale ES alors que je n'ai pas ce niveau cette année, et que je n'ai d'ailleurs jamais eu...

Screenshot from 2015-09-30 11:01:28.png

* * *
Et pourtant, portée par l'élan positif des vacances, je ne veux pas me laisser aller à récriminer contre … peu importe qui d'ailleurs. Finalement, d'où vient cette hyper-sensibilité du prof, donc moi entre autres, à son emploi du temps ? Il me semble qu'elle témoigne des tensions entre trois enjeux indépendants et parfois opposés: mes besoins en tant que personne, les besoins de mes élèves, et mes besoins en tant que pédagogue et professeur.


Mes besoins en tant que personne.
Comme professeur dévoué et fonctionnaire « éthique et responsable » je peux avoir un fond de mauvaise conscience à souhaiter avoir un peu de souplesse pour conduire mon enfant à l'école, aller à la piscine…  ou simplement aller chez le médecin.
Et pourtant, cette dimension de ma vie est légitime si l'on pense aux nombreuses heures, en particulier le week-end, consacrées à préparer des cours ou corriger des copies, légitime parce que les heures face aux élèves sont des heures où l'on donne de soi qui nécessitent des activités équilibrantes pour tenir dans la durée. Nécessaire enfin, car il arrive que l'on ait besoin de faire des démarches aux heures ouvrables.


Les besoins de mes élèves
Mes élèves assimilent mieux lorsque j'arrive à les faire entrer dans un rythme de travail hebdomadaire divisé en 4 scéances:
  • 1 cours d'exposition de la notion (séance n°1),
  • 1 cours d'exploitation et premiers exercices (séance n°2),
  • 1 cours d'exercices moins guidés (séance n°3),
  • et un cours « poubelle » où je corrige les exercices en retard, où j'arrive parfois à faire un exercice d'approfondissement, et où a lieu le mini-test hebdomadaire (séance n°4). Pour cela, des séances bien réparties dans la semaine permettent un travail personnel dont je n'ai pas besoin d'expliquer l'intérêt  :)




Mes besoins professionnels.
Cette année, j'ai deux 2nde et deux 1ère ES.
  • Je voudrais pouvoir avoir des créneaux conséquents en amont de la séance d'exposition de la notion centrale pour réfléchir à la façon de je veux la présenter et pouvoir présenter la même scéance à mes deux classes le même jour ou deux jours consécutifs afin de la préparer qu’une seule fois.
  • J’aimerais aussi pouvoir faire les tests hebdomadaires ou les contrôles de fin de chapitre le même jour pour les deux classes, je n'aurai pas besoin de faire deux sujets, deux corrigés etc.
Formuler mes besoins me permet de les objectiver. Au vu de ces demandes, mon emploi du temps est-il si compliqué?


* *  *

Que donne mon emploi du temps si je le questionne sur ces trois plans ?

Côté personnel:
En concentrant mon attention sur les cases « libres », j'identifie que je peux prendre des rendez-vous chez le médecin le lundi et le vendredi matin, plus deux après-midi possibles chez le dentiste (là, je n'arrive pas à envisager un RV à 8h...). Je m'en trouve particulièrement tranquillisée.
Sur le plan des besoins de mes élèves:
Je veux dégager une ligne de progression hebdomadaire pour chaque classe. Pour ce faire, je colorie les cours de mes deux 2nde en couleurs chaudes (rouge pour l'une et orange pour l'autre) et les cours de mes 1ère ES en couleurs froides (vert clair et vert foncé).


Screenshot from 2015-09-30 10:59:54.png


D’expérience, pour les 2nde la séance n°3 est la plus propice au travail de groupe.  Je cale donc les séances n°3 sur les heures de demi-classe et numérote les autres séances en conséquence. Je remarque avec plaisir que les séances orange (2nde 16) et rouge (2nde 8) s'enchaînent bien. Je pourrai donc faire facilement avancer les classes ensemble. Voilà un deuxième point positif.


Pour les 1ES, les séances en demi-classe sont trop sporadiques (une heure toutes les 5 heures) pour que j'en tienne vraiment compte. J'anticipe en revanche que les séances du lundi après-midi et surtout du vendredi après-midi pourraient être houleuses. Je décide de placer les mini-tests ce jour-là (séance III) et de numéroter I et II à rebours. Finalement, là aussi, les séances vert foncé et vert clair s'enchaînent très bien. Cela va de mieux en mieux…


Essayons maintenant le crible de mes besoins d'enseignante:

Sujets de contrôles

J'ai les deux classes de 2nde le mercredi matin, et les deux classes de 1ère ES le vendredi. Je peux donc placer les contrôles le même jour et ne faire qu'un seul sujet. Il faudra peut-être changer les valeurs numériques pour les 1ère ES, les smartphones faisant des photos du sujet plus vite qu'on ne s'en aperçoit... Les 1ère ES2 pourraient en profiter pour bachoter le sujet entre midi et deux...

Temps de préparation

En 1ère ES, le cours I est le mardi. Je dispose de 3h30 pour préparer la séance hebdomadaire... en supposant que je serai plus efficace cette année ! En 2nde, je programme les heures de préparation le mardi après-midi et le mercredi matin.
J'affecte les autres heures aux corrections. Cela devrait me permettre de rendre les mini-tests assez rapidement, ce qui a toujours plus d'impact sur les élèves : ils se souviennent encore des questions qu'ils se sont posées seuls devant leur copie ; il me semble que c'est plus stimulant pour eux.




 *    *    *

Finalement, au terme de cette analyse, j'ai dégagé une cohérence de l'organisation du travail des élèves et un rythme pour le mien (il va falloir s'y tenir!). Je sais que je pourrai soustraire ponctuellement du temps pour mes besoins personnels...
Finalement, je m'entends répondre à ce collègue avec une grande sérénité : « Oui, je pense que je vais m'en accomoder :) »


Dominica Martin              Sept 2015

Commentaires